Actualités

RACINE INFO: Haïti/ Politique: Le CNSCA déplore les pertes en vies humaines et biens enregistrés lors des derniers mouvements de protestation et lance un appel au dialogue franc et sincère

Dans une note de presse rendue publique le 18 Février écoulé, le Conseil National de la Société Civile Aytienne (CNSCA) dit suivre avec consternation les mouvements de protestation déroulés dans le pays depuis environ trois jours avant le 07 Février 2024.

Selon les précisions du CNSCA, l’objectif de ces mouvements visait à exiger le départ du Premier Ministre, le Dr. Ariel Henry. Les protestataires ont, de leur côté, enfourché l’accord du 21 Décembre 2022 dénommé : « Consensus National pour une transition inclusive et des élections transparentes », comme cheval de bataille.

« Ledit document a prévu, notamment, un  « équilibre politique »  par la création du Haut Conseil de Transition (HCT) composés de trois membres dont la mission consiste à organiser des élections libres, transparentes et démocratiques. A l’issue de ce scrutin, un Président légitimement élu prendrait le pouvoir. Une formalité qui n’a pas été remplie ainsi que la mise en place de certains accessoires tels : la réforme constitutionnelle, sa ratification par voie référendaire et la formation du Conseil Électoral Provisoire (CEP) », lit-on dans ladite note.

Plus loin, le CNSCA dit reconnaître que l’ensemble des revendications de la population est juste et qu’il revient au gouvernement de répondre aux besoins fondamentaux des citoyens, à un moment où l’insécurité gangrène le pays, les gangs armés assiègent plusieurs villes et quartiers, détruisant ainsi la vie et les biens des citoyens. « En revendiquant ce qui est juste, il serait également impérieux de ne pas se faire justice au risque d’entraver la bonne marche des institutions républicaines. Autrement dit, la situation critique du pays est le résultat des choix imposés durant les 38 dernières années. S’il est vrai que les mouvements de protestation déroulés depuis la fin du mois de janvier jusqu’au 08 Février 2024 ont été justes, il n’en demeure pas moins que la méthodologie utilisée et les conséquences sont d’autant plus désastreuses », ajoute le CNSCA.

Plus loin, le Conseil National de la Société Civile Ayitienne (CNSCA), face à ces évènements malheureux qui assombrissent la vie nationale, assimilés à une véritable descente aux enfers, déclare qu’il se fait le devoir de retracer le film de ces incidents regrettables.  « Signalons que ces journées de protestation ont accouché d’un bilan très lourd. Aux Gonaïves, les portes des établissements scolaires restent fermées.  Les locaux de l’OAVCT et du Tribunal de Paix, Section Nord, les bureaux de la Planification, du MCFDF, de la Mairie, du Tribunal de Première Instance (TPI) et de la douane ont été pillés et vandalisés. Des hommes lourdement armés ont attaqué le Commissariat de la Cité de l’Indépendance. Les forces de l’ordre ont vite riposté et repoussé les assaillants. Dans le département du Centre, notamment à Hinche, des dizaines d’individus ont pillé le bureau départemental du Ministère de l’Economie et des Finances et mis à sac les locaux de la Mairie », déplore la note en question.

« À Jérémie, les locaux du Centre d’Opération d’Urgence Départementale (COUD) ont été saccagés.  Les manifestants ont emporté avec eux tables, ordinateurs et climatiseurs. À Ouanaminthe, les autorités judiciaires ont constaté que le bureau Communal de l’ONA a été brutalement dévasté, pillé puis incendié par des individus lourdement armés et non identifiés. À Port-au-Prince, aux Cayes et dans d’autres villes du pays, plusieurs Institutions publiques et privées  ont subi le même sort. Sans oublier les pertes en vies humaines recensées au cours de ces événements », poursuit le CNSCA.

« Fort de cela, le Conseil National de la Société Civile Aytienne (CNSCA) déplore les pertes en vies humaines et les innombrables pertes en biens matériels enregistrés lors de ces mouvements et lance un appel au dialogue franc et sincère non seulement pour juguler cette crise pluridimensionnelle mais aussi pour poser les fondamentaux de la refondation de l’Etat Nation. Le CNSCA invite la population en général, les leaders politiques et les organisations de la société civile à réfléchir sur les conséquences néfastes de la dynamique de destruction des vies et des biens (publics/privés) adoptée au cours des mouvements de protestations. Cette pratique utilisée depuis 1986 est l’une des causes de notre malheur aujourd’hui. Il faut donc arrêter de détruire en une journée ce que nous avons mis des dizaines d’années à construire. D’autant plus, nous souffrons d’un déficit de projets dans les collectivités pour répondre adéquatement aux besoins de la population », précise cette note qui porte la signature de Joseph Domingue ORGELLA, Coordonnateur National du CNSCA.

Par ailleurs, le CNSCA demande au gouvernement de déployer beaucoup plus d’efforts pour que règne la paix et la sécurité sur tout le territoire national, mais surtout d’adresser en urgence les  problèmes fondamentaux de l’heure pour voler au secours de nos humbles familles trop longtemps asphyxiées par la misère.

RACINE INFO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page