Actualités

RACINE INFO : Haïti/ Insécurité : 10,000 personnes déplacées en dix jours selon le rapport d’un ONG

Selon le dernier rapport de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM – Haïti), après les attaques perpétrées dans les communes de Cité Soleil, Tabarre La Grenade, Rivière-Froide et des quartiers limitrophes de ces communes : Terre-Blanche, Terre-Noire, Blanchard, Duvivier; 10,000 personnes se sont déplacées en dix jours, pour échapper à la violence des gangs.

Environ 60 %, soit environ 6 000 personnes, se sont réfugiées chez des proches en familles d’accueil, et environ 40 %, soit un nombre de 4 000, se sont installées dans des sites tels que des écoles, des églises, ou d’autres espaces libres. Ce sont un total de 13 sites qui ont accueilli environ 4,000 nouvelles personnes.

« La plupart de ces personnes (90%) se sont réfugiées dans zones situées dans le département de l’Ouest et le reste sont partis en provinces, notamment vers les Nippes (5%) et le Centre (3%). La majorité (63%) se sont réfugiées dans des familles d’accueil et 37% dans 13 sites (tous situés dans la Zone Métropolitaine de Port-au-Prince, dans le département de l’Ouest) dont 3 qui existaient déjà avant ces incidents et 10 nouvellement créés », lit-on dans le rapport en question qui précise que les informations ont été recueillies à la suite des différentes attaques perpétrées par les gangs armés depuis le 5 février.

D’après le dernier rapport de l’OIM, il y avait fin 2023 un total de 314 000 personnes déplacées en Haïti. Parmi ces personnes, environ 30 % ont trouvé refuge dans 81 sites dont les conditions de vie sont précaires en terme d’hygiène et d’assainissement, d’accès aux abris pour se protéger des intempéries, ainsi que d’accès à l’eau potable.

Plus loin, l’OIM avance que le nombre de personnes qui se réfugient dans des sites, s’agrandit considérablement. Cela s’explique par le manque de ressources des familles d’accueil pour accueillir les réfugiés pendant une relative longue durée.

RACINE INFO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page