Insécurité

RACINE INFO : Haïti-gangstérisme: la FJKL et le RNDDH, ne sont-ils pas les cancers de la République d’Haïti?

Dans tous les pays du monde, le travail des défenseurs des droits de l’homme est remarquable. Ils veillent non seulement aux principes généraux de la démocratie, mais aussi ils aident à leur manière à créer des sociétés plus justes, équitables et fraternelles. Par contre, en Haïti, le travail de la FJKL et du RNDDH ne cesse de nous surprendre négativement. Qu’on nous pardonne ou qu’on nous condamne : l’on se demande s’ils ne sont pas de véritables partis politiques ou des foyers de gangs? Si oui, pourquoi se cachent-ils derrière La défense des droits humains pour faire de l’argent, créer des sensations, attaquer leurs adversaires politiques?

Soyons justes et brefs. Depuis plus de deux ans, nous assistons assez régulièrement aux « allégations et/ou révélations » de Barbecue à l’encontre de Pierre Espérance du RNDDH et de Marie Yoleine GILLES de la FJKL. Les prises de parole de « Ti Lapli, Izo, Vitelhomme, ect » nous en disent davantage. Il n’y a aucun doute que nos défenseurs de droits humains ne sont pas aussi saints comme on voudrait bien nous le faire croire.

Revenons à ce qui nous intéresse le plus. L’exécution extra-judiciaire et en direct du présumé chef de gang « 5 secondes » par le commissaire Jean Ernest Muscadin ( fait que nous dénonçons d’ailleurs pour des raisons ethniques et professionnelles) et le parti pris de la FJKL de Madame Marie Yolène GILLES nous laissent encore sans voix. Nous nous sentons indignés et révoltés. Nous avons l’impression que nous sommes en train de devenir une nation de parias en perdant tout simplement notre amarrage moral et éthique. Comment une fondation de droits humains ose-t-elle demander la révocation d’un commissaire du gouvernement qui exécute un « TERRORISTE »? Connait-elle la peine de « ceux qui violent, tuent, enlèvent contre rançon, humilient, ect… »? Quel serait l’intérêt de la FJKL dans la protection de ces gangs en dépit de tous les crimes commis et revendiqués?

Soyons objectifs. Les gangs forment une organisation criminelle et détestable qui n’a plus le droit à la vie. Ils ne doivent pas exister, car ces hommes et femmes ont « l’insensibilité méprisable ». Ils sont des invalides stupides.

Il est grand temps que nous trouvions des gens de la trempe d’Ernst Muscadin et du commissaire Richemond pour arrêter cette hémorragie sociale, pour traquer ces criminels ainsi que leurs pourvoyeurs en armes et en munitions pour que l’autorité de l’État se rétablisse. On vit dans un pays dans lequel sont tués, au quotidien, des médecins, des ingénieurs, des juristes, des avocats, de grands techniciens et les soi-disant organisations de droits humains ne disent rien sur la façon dont les bandits éliminent les cadres du pays. Pourtant, dès qu’on s’attaque à un bandit, elles montent au créneau pour avancer des arguments flous, stupides et infondés.

Que peut-on attendre d’une société où les gens soutiennent tout ce qui leur rapporte de l’argent au détriment de la vie des autres ?

À quand remontent un sit-in, une manifestation de ces organisations de droits humains pour contrer L’ÉTAT à rétablir l’ordre sur le territoire national? Cela semble ne pas les intéresser.

Plus les bandits tuent, plus les organisations de ce genre vont pouvoir écrire des rapports et renflouer leur sale compte en argent, et ces gens se foutent pas mal des pertes en vies humaines causées par les bandits de grands chemins qu’elles protègent. Que ces mercantiles aillent en enfer et que la paix revienne vite à Haïti pour une société paisible. Sauf la rigueur et la violence légitime, dans le sens Weberien, peuvent ramener la paix dans un contexte si difficile.

Si nous voulons la paix, faisons la guerre sanglante aux gangs à la Muscadin!

*Par Michélot Oxil et Antoine Nérilus*

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page