Société

RACINE INFO : Haïti-Crise : << Des gens ont déjà perdu la vie en Haïti parce que les hôpitaux ne peuvent pas trouver du carburant>>

Selon la coordonatrice résidente et humanitaire des Nations Unis en Haïti, la rareté du carburant affecte le pays considérablement. Une situation qui risque l’arrêt des services vitaux, notamment en faveur des femmes enceintes, des nouveaux-nés, des enfants, ainsi que des personnes souffrant de traumatismes et d’autres affections potentiellement mortelles, à travers un communiqué de presse acheminé à la rédaction de l’agence de presse en ligne RACINE INFO.

<< Le manque d’accès au carburant affecte environ les trois quarts des principaux hôpitaux du pays, selon des données récemment recueillies par l’Organisation mondiale de la santé/Organisation panaméricaine de la santé (OMS/OPS) des Nations unies.
Certains hôpitaux sont incapables d’admettre de nouveaux patients et se préparent à fermer. Il est de plus en plus difficile d’assurer des conditions stériles pour les interventions médicales dont les césariennes et la conservation des vaccins car l’interruption de la chaîne du froid est devenue problématique. De nombreux hôpitaux connaissent également une pénurie d’oxygène.
La pénurie de carburant a également fortement réduit les opérations du Centre Ambulancier National de Port-au-Prince, qui ne fonctionne plus qu’avec trois ambulances. Dans le reste du pays, ces services sont fortement réduits, voire totalement interrompus.
Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) estime que quelque 22 100 enfants de moins de cinq ans et plus de 28 000 nouveau-nés risquent de ne pas recevoir les services de santé essentiels au cours des quatre prochaines semaines.
La majorité des hôpitaux haïtiens sont reliés au réseau électrique national, mais doivent recourir à des générateurs à combustible en raison du manque de fiabilité de l’approvisionnement en électricité.
Les Nations unies, ainsi que des organisations non gouvernementales internationales et locales, continuent de soutenir le secteur de la santé et la fourniture de services en Haïti.
L’UNICEF et le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) ont collaboré avec les hôpitaux, les autorités sanitaires et les partenaires pour installer des systèmes d’alimentation en énergie solaire qui ont amélioré la conservation de la chaîne du froid et permis aux services de maternité de se poursuivre sur 12 sites. Toutefois, l’énergie solaire est insuffisante pour permettre aux hôpitaux de fonctionner pleinement.
L’OMS/OPS collabore avec les autorités sanitaires et ses partenaires pour remettre en état les services médicaux d’urgence d’un grand hôpital public et fournir des fournitures médicales, aux côtés de l’UNFPA, dans deux des plus grands hôpitaux publics de Port-au-Prince, afin de renforcer les soins vitaux.
L’ONUSIDA, l’agence des Nations Unies qui assure la coordination des interventions sur le VIH et le sida, apporte son soutien au ministère de la Santé pour favoriser les transfusions sanguines sûres dans un contexte où les transfusions non sécurisées représentent jusqu’à 10 % des infections au VIH>>, a -t-elle mentionné dans le communiqué.

Toutefois, le ministre des Affaires étrangères haïtien a prouvé son irresponsabilité au sommet des Nations Unis à New York par son discours complètement incohérent en affirmant que le gouvernement a le contrôle du pays.

 

_Écrit par : Ulrika Richardson_

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page